L’histoire de l’Arche de Noé en 1905

The story of Noah’s Ark, Elmer Boyd Smith, 1905 – traduction als33120 (cc-by-sa 20180928). Source sur Gutenberg.

Mise en garde

Au commencement du monde, vivait un patriarche nommé Noé. C’était un homme bon et vénérable dont les années avaient dépassé six cents. Noé fut prévenu qu’une terrible inondation allait se déclencher, des nuages déverseraient des tonnes de pluie qui recouvriraient la terre. Noé alerta immédiatement ses voisins de ce qui allait arriver ; Mais ils refusèrent de le croire et se moquèrent de lui en disant : — Et bien, qu’il pleuve !

La construction

Alors Noé suivit son idée et se mit au travail pour construire un gigantesque navire prêt pour le déluge. Il installa la quille dans une prairie au milieu des marguerites ; Et pendant ce temps il recevait la visite de tous les paresseux qui venaient l’observer en s’esclaffant : — Quelle folie ! Un navire pour s’abriter de la pluie ! Mais Noé savait bien qu’il avait raison et il continua son chantier.

Les grèves

Le navire grandit mais les ennuis aussi : Il fut retardé par des grèves et des plaintes fréquentes ; ses ouvriers réclamèrent une hausse des salaires et lapidèrent ceux qui continuaient de travailler. Alors Noé dut négocier avec eux et tout recommencer car il avait peur que la pluie arrive avant qu’il soit prêt. Au bout de plusieurs jours, le navire fut enfin terminé.

La peinture

Alors Noé appliqua une couche de goudron sur l’intérieur et l’extérieur de la coque du navire pour en maintenir l’étanchéité et il le nomma l’Arche. Puis il le peignit de plusieurs couleurs car il était fier de son œuvre.

L’appel

Ensuite Noé fit le tour de tous les animaux et les appela deux par deux en leur disant de monter dans l’Arche pour survivre au déluge. Mais, ils hésitèrent et mirent beaucoup de temps à se décider, car ils avaient peur d’entrer dans ce sombre navire. Ils se mirent à grommeler : — Ce sera peut-être une simple averse !

Rassemblement

Noé expliqua à coups d’arguments tout ce qui risquait de leur arriver Et, malgré tout, ils continuèrent d’hésiter. Chacun dans sa langue et à sa manière se mit à en discuter refusant de prendre une décision rapide. Alors Noé perdit patience et les traita de poules mouillées, Mais rien ne les décida.

Embarquement

Furieux, Noé les abandonna à leur sort et partit embarquer ses animaux domestiques, en espérant que les animaux sauvages suivraient leur exemple. Il reçut l’aide de ses trois fils, Shem, Ham et Japeth et s’occupa de compter les couples présents.

Confusion

C’est alors que de nouveaux problèmes surgirent. En effet, effrayés à l’idée d’être abandonnés à leur sort les autres animaux et les oiseaux essayèrent de monter à bord tous ensemble sans qu’il soit possible de contrôler les entrées. De plus, ils embarquèrent en même temps leurs haines et leurs sujets de querelles. Comment faire cohabiter en paix chats et souris ? Comment faire s’entendre renards et oies ? Chiens de chasse et lièvres ? Et donc querelles et dissensions embarquèrent aussi dans l’Arche. Et la confusion se répandit à bord. Et Noé perdit le compte… et sa patience.

En rang

Heureusement, après tout ce désordre, l’ordre fut rétabli. La gigantesque procession se mit en route et pénétra lentement dans le navire. Ils vinrent de loin et de tout près. Il y eut une foule d’animaux sauvages, d’oiseaux et de rampants.

Procession

… les énormes éléphants, les ours polaires, les girafes, les tigres rayés ainsi que les bisons laineux. Ils arrivaient de la montagne, de la jungle, des collines et des plaines, grands et petits. La terre tremblait sous leurs pas et le ciel était noir de battements d’ailes.

Les dinosaures

Puis vinrent les énormes dinosaures qui vivaient à cette époque. Mais ils étaient trop gros pour passer par la porte d’entrée et ne réussirent pas à se faufiler à l’intérieur. Noé était désespéré d’avoir mal calculé les dimensions et ne trouva aucune solution. Aussi, hélas ! il fallut les laisser à terre.

Futurs fossiles

Et puis il y eut tous ceux qui refusèrent de monter dans le navire : le mammouth et le mastodonte, le dinothérium, le paléothérium, l’anoplotherium, le ptérodactyle et l’archéoptéryx ainsi qu’une foule d’étranges animaux et oiseaux portant des noms latins qui refusèrent d’écouter les mises en garde de Noé. Alors, bien sûr, ils furent condamnés à disparaître
et à se transformer en fossiles. On les retrouve dans les musées, avec des pierres et des étiquettes.

Provisions

Puis Noé fit monter à bord de quoi nourrir tous ces passagers, humains et bêtes. Naturellement les affamés se plaignirent qu’il aurait dû le faire en premier. Finalement il fit monter dans l’Arche son épouse et celles de ses trois fils
Malgré les réticences de sa femme qui se révoltait « Car il était impossible d’organiser une vie domestique à bord ».

L’attente

Quand tout fut enfin prêt et tout le monde installé, le soleil continua de briller. Pas de pluie ! L’attente commença ! Ils attendirent des jours et des jours. Les moqueurs se mirent à rire et se railler de lui en prédisant une saison sèche. Noé était triste et perplexe et étonné mais ne mit jamais en doute l’arrivée du déluge.

La pluie

Enfin la pluie finit par tomber et arrosa tous les moqueurs qui furent trempés. Les fils de Noé et leurs épouses triomphèrent, et même les animaux se réjouirent. Mais Noé fut triste pour ses voisins entêtés car il savait ce qui les attendait.

Le déluge

Alors, pendant quarante jours et quarante nuits il plut sans arrêt. Et les nuages se fendirent. Et un terrible déluge recouvrit la terre entière. Et le niveau des eaux monta de plus en plus recouvrant les arbres, puis les collines et enfin les montagnes jusqu’à ce qu’il n’y ait plus un coin de terre préservé. Mais l’Arche se redressa et flotta sur la mer déchainée en toute sécurité.

Dans l’Arche

À l’intérieur de l’Arche, secouée dans tous les sens, régnaient le désordre, les problèmes et les gémissements. Nombreux étaient ceux qui regrettaient le sauvetage. – Hélas ! rien ne peut être pire que ça ! se plaignaient-ils. Et Noé avait le cœur lourd en les entendant gémir.

La vie en mer

Toutefois, quand la tempête se calma et que le bon navire flotta sur sa quille équilibrée tout le monde se sentit mieux et s’installa dans cette nouvelle vie. Les animaux prirent connaissance avec beaucoup d’intérêt de la liste des passagers, et ils cherchèrent leur nom, comme le font toujours les passagers. Les jours coulèrent tranquillement à ne rien faire et l’Arche, vaillamment, dériva lentement au gré des courants.

Le mal du pays

Hélas, cette accalmie ne dura pas longtemps. Au fil des jours les animaux se retrouvèrent enfermés et en mer
et se mirent à broyer du noir et déprimer. Le mal du pays les submergea et ils furent envahis d’un désir de changement.
Une chape de désespoir tomba sur l’Arche.
Le plafond se mit à fuir. Il faisait complètement sombre à l’intérieur. La vie se transforma en un terrible fardeau pour Noé et sa famille.

Tensions à bord

La patience et la bonne humeur désertèrent l’Arche. Les animaux, inquiets, se querellèrent. Les bagarres, le désordre puis une bataille générale s’ensuivirent. Les tâches de Noé devinrent pénibles et de plus en plus lourdes à assumer.

Le corbeau

Désespéré, Noé comprit qu’il fallait agir. Il envoya un corbeau en reconnaissance. Mais le corbeau, une fois libre, se garda bien de revenir : – Plus jamais je ne reviendrai m’enfermer dans un piège pareil ! Noé attendit de ses nouvelles, des jours et des jours, en vain.

La colombe

En voyant la situation à bord empirer, Noé envoya la colombe comme messagère. – C’est un oiseau généreux, elle retournera dans son foyer, se dit-il. En effet, elle revint, mais bredouille. Pas de sol pour reposer ses pattes. Noé attendit sept jours et l’envoya une seconde fois en reconnaissance. À son retour, elle avait une branche d’olivier dans son bec. Elle fut accueillie avec enthousiasme car tout le monde comprit que le niveau de l’eau baissait. Noé attendit encore sept jours et envoya à nouveau la colombe explorer la mer. Mais cette fois, elle ne revint pas.

Terre !

Alors Noé grimpa sur la dunette, souleva le capot et regarda au loin. Fantastique ! le niveau de la terre était remonté. Le sol était encore trempé mais solide. Noé fit passer le message, soulevant l’enthousiasme et l’espoir.

Débarquement

Bientôt le navire heurta le fond. Après plusieurs secousses, il se posa, penché avec un angle inconfortable, sur la pente d’une montagne, mais tous les passagers comprirent que la croisière en mer était enfin terminée. Noé ouvrit la porte et abaissa la passerelle. Les bêtes et les oiseaux se précipitèrent sur ces rochers désolés ; malgré la boue épaisse et lourde, certains la trouvèrent à leur goût, et tous la préférèrent au navire.

L’arc-en-ciel

C’est alors que le soleil se leva et aspira toute l’humidité du sol. Un superbe arc-en-ciel s’éleva dans le ciel comme un signe de non-retour pour un autre déluge. Le printemps s’installa dans toute sa gloire prometteuse. Un nouveau monde se mit en place. Tout n’était que vie et allégresse.

Le retour

Noé envoya les animaux et les oiseaux explorer de nouveaux territoires et s’installer. Ils s’éparpillèrent dans toutes les directions pour démarrer une nouvelle vie. La femme de Noé murmura « Bon débarras ! » et se promit de ne plus jamais retourner en mer. Heureux d’avoir réussi, Noé se reposa de ses travaux. Et c’est la fin de l’histoire de l’Arche de Noé.

Pour en savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *