Bibliothèques et transmission du savoir

Le métier des bibliothécaires évolue (ou pourrait évoluer) sous la pression des espaces multimédia — présents dans les médiathèques notamment — et de la demande récente d’utilisateurs qui ne se contentent plus d’être des consommateurs.

Pour dénouer les crispations entre défenseurs du livre et partisans d’internet, plusieurs pistes s’ouvrent. La formation de deux jours organisée par l’ENSSIB fin mai a regroupé une dizaine de stagiaires désireux d’explorer une de ces pistes, celle des communs de la connaissance dont Wikipédia est un exemple, du moins en partie.

Les communs kezako ?

Les intervenants ont déposé leur support ici

  • Introduction par Simon Sarrasin de Lille, avec tutoriel sur Wikiversité ;
  • Les business model des communs numériques, par Sébastien Broca : les deux modèles économiques du numérique ;
  • De la science de l’entre soi à l’Open Science, par Daniel Bourrion d’Angers, avec un rappel bienvenu d’Okina et de la Loi Lemaire
  • Le meilleur des pires enclosures sur la connaissance, par Thomas Fourmeux, animateur multimédia à la bibliothèque d’Aulnay-sous-Bois ;
  • Comment élaborer un partenariat public-commun ? par Lionel Maurel
  • Zoom sur wikipédia et son fonctionnement interne, par Pierre-Carl Langlais : le contrôle de chacun sur chacun ;
  • Lieux de savoirs et communs de la connaissance : panorama et enjeux, par Antoine Burret. Cette intervention, ouverte, a donné l’occasion de réfléchir sur nos expériences divergentes des tiers-lieux et notre soif d’échanges dans ce domaine.
Quelques notes sur l’intervention de D. Bourrion

Les plus de l’open science

  • accès à documentation électronique
  • science mondiale
  • nombre croissant de regards observateurs
  • science collaborative -> confrontation
  • accélération -> impact croissant

Le Journal of the Short Story in English et Revues.org

Joindre l’effet levier à l’effet réseau.

Isabelle Attard milite pour le domaine public et publie par exemple sur son site la version originelle en néerlandais du Journal d’Anne Frank.

Quelques notes sur l’intervention de Thomas Fourmeux

  • Le Protection Act de 1923 : : toutes les œuvres produites aux États-Unis depuis 1923 (basé sur la date de parution) sont « protégées » (protection des droits d’auteur) de 20 ans supplémentaires.
  • Le Code de la propriété intellectuelle : droit moral et droits patrimoniaux
  • Vérifier les licences, par exemple illustrations en cco du Metropolitan Museum !!!
  • On a actuellement des outils qui permettent la libre circulation et la reproduction des œuvres littéraires et artistiques… et des institutions qui s’y opposent.
Quelques notes sur l’intervention de Simon Sarazin
  • Garrett Hardin, The Tragedy of the Commons, 1968.
  • Des personnes (qui créent collectivement), des règles (pour produire et persévérer), des ressources…
  • La Puissance des pauvres de Majid Rahnema et Jean Robert (dans la lignée d’Ivan Illich)
  • se débrouiller hors du marché, favoriser l’engagement (en donnant le meilleur de soi tout en s’enrichissant au contact des autres), soutien aux pairs (durable).
  • Bernard Stiegler, The microcyle of domination
  • Olivier Frérot
  • Gouvernance non pyramidale : pas de président.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *